Les cartes d’identité expirées acceptées aux examens

En France, le gouvernement propose une solution inédite aux candidats qui se présentent aux examens officiels des mois de mai et de juin avec des pièces d’identité à validité expirée. Il annonce que ceux qui possèdent une carte nationale d’identité ayant une expiration de moins de cinq ans seront admis en salle de composition. Voici plus de détails sur cette crise de pièces officielles !

Une annonce publiée le 4 mai 2022 par le porte-parole du gouvernement

C’est le mercredi 4 mai dernier que le porte-parole du gouvernement a annoncé cette mesure administrative prise lors du conseil des ministres au micro des journalistes. Face aux médias, le communiquant du gouvernement a donc dévoilé la bonne nouvelle qui réjouit le cœur d’une majorité de candidats aux examens officiels cette année.

Gabriel Attal a ainsi asserté : « les cartes nationales d’identité et les passeports expirés depuis moins de cinq ans seront valides pour les candidats aux examens prévus aux mois de mai et de juin et pour l’inscription au permis de conduire dans les auto-écoles ». Cette déclaration est bien évidemment valable pour les candidats au bac et les autres examens universitaires. Cette mesure a notamment été prise pour répondre aux difficultés d’obtention des pièces d’identité du fait des allongements des délais d’exécution.

Que prévoit le gouvernement pour résoudre ce problème de délais ?

Le gouvernement prévoit tout d’abord la mise en place d’un plan d’urgence pour atténuer le malaise social dû à la difficulté de délivrance des pièces d‘état civil. Par le biais de son porte-parole, l’administration annonce l’adoption de nouveaux dispositifs de recueil et de traitement des demandes de titres.

Les propos clairement tenus par ce dernier sont les suivants : « 400 nouveaux dispositifs de recueil des demandes de titres pourront être installés dans un délai d’un mois ». L’espoir pour beaucoup de Français, c’est que cette résolution puisse véritablement faciliter l’accès aux cartes nationales d’identité et aux passeports.

Qu’est-ce qui peut expliquer cette situation de lenteur dans la délivrance des CNI ?

À la sortie du conseil des ministres, le porte-parole Gabriel Attal a en effet souligné les mesures envisagées par le gouvernement pour faciliter le traitement des demandes de pièces officielles. Ces possibles solutions viennent donc pour alléger les lourdeurs qui font prolonger les délais de délivrance de ces documents importants.

Plusieurs facteurs ont concouru à la situation qui se vit aujourd’hui. Il faut en occurrence noter le prolongement de la durée de prises de rendez-vous avec les autorités communales. En effet, le temps à mettre aux jours actuels pour avoir un rendez-vous à la mairie est de 65 jours en moyenne. Pourtant, cela était de 12 jours il y a un an. Cette remarque a été particulièrement émise par le porte-parole du gouvernement français lors de sa sortie.

Il faut aussi ajouter que ce problème de lenteur de délivrance est le fruit du boom des demandes de renouvellement occasionné par la crise sanitaire Covid-19. La pandémie a en effet favorisé l’accroissement du nombre de pièces officielles périmées pendant près de deux ans. Beaucoup de cartes d’identité et de passeport se sont périmées durant cette période sans que les détenteurs ne puissent procéder à leur renouvellement.

Aujourd’hui, la population accrue des demandeurs de nouvelles cartes et passeport s’estime à plus de 1,3 million selon la directrice générale de l’agence nationale des titres sécurisés (ANTS), Anne Gaëlle Baudouin. Toutefois, à côté de ces précédentes raisons, il faut inscrire à la liste l’effet attractivité du nouveau format de la CNI et la nécessité d’une nouvelle passe pour entrer au Royaume-Uni du fait du Brexit.

Plan d’urgence prévu par le gouvernement pour les CNI et passeports : de quoi est-il question ?

Ce constat a contraint les autorités à réagir en élaborant un plan d’urgence. Cette mesure évoquée précédemment consiste à déployer exactement 400 dispositifs de recueil des documents de demande de pièces officielles dans toute l’étendue du territoire. Ces équipements seront spécialement disposés dans toutes les différentes mairies.

Le dispositif mis en place servira en particulier à enregistrer les demandes de carte nationale d’identité ou de passeport et à raccourcir sa durée d’exécution. Selon les prévisions de l’administration, ce système supplémentaire pourra favoriser le traitement de 500 000 demandes en plus par semaine.

Par ailleurs, le porte-parole de l’exécutif, Gabriel Attal, laisse remarquer que cette mesure a conduit au recrutement de 160 nouveaux agents. Cet enrôlement a été lancé depuis le début de la nouvelle année 2022. Il entraîne une augmentation de 30 % de l’effectif dédié à la production des cartes nationales d’identité et de passeport.

Cela dit, pour les candidats qui débuteront les examens officiels dès le mois de mai, le gouvernement à travers son porte-parole Gabriel Attal a mis en place une mesure. Elle consiste à les autoriser à composer avec des cartes d’identité périmées il y a plus de cinq ans maximums. Il explique la crise actuelle des pièces officielles par l’allongement des durées de dépôt de demande de renouvellement et par les effets de la pandémie Covid 19. L’exécutif ajoute également à cela les conséquences du Brexit qui impose un nouveau passeport pour se rendre au Royaume-Uni.